Etre et apprendre à devenir mère, slider,

Bain, diner, coucher – gérer le créneau 17h30 – 20h

Qui n’a pas rêvé de rentrer chez soi après une journée de travail et mettre les pieds en éventail ? On en a tous rêvé et on en rêve encore parfois. Bien entendu, on l’a déjà fait, si, si rappelez vous lorsque vous étiez étudiante. Ah, ça a passé vite, trop vite ! Maintenant c’est la course effrénée ! Vite, vite le métro, vite, aller chercher bibou à la crèche ou chez la nourrice, se dépêcher encore et encore, rentrer, le faire manger si ça n’est pas le cas, le laver, le coucher, l’histoire du soir et dans tout ça il faut aussi que vous vous occupiez de vous et de votre couple aussi ? Il est déjà 22h. La fin de journée est vraiment difficile, un vrai marathon. Et si il y avait quelques astuces pour palier à ces fins de journées difficiles ?

*

Anticipation – mettre mot
On ne le dira pas assez, anticipez pour ne pas se laisser déborder. Dès que j’ai un peu de temps, certains matins, je prépare toujours un ou deux plats à l’avance. Une quiche, un cake salé, de la soupe…rien de bien difficile et surtout rien qui ne prenne plus de 20 minutes de préparation. Je lance en même temps une machine à laver, quitte à être occupée autant l’être vraiment. Je suis devenue une vraie tornade. Ainsi avant d’aller travailler, j’ai déjà quelques heures derrière moi, mais je sais aussi que lorsque je rentrerais le soir, je ne serais pas stresser par cette sempiternelle question, qu’est ce que je vais faire à manger ce soir ? Bien sûr certains matins et certains soirs, je ne vous cache pas que Picard est mon meilleur ami 🙂

Le moment entre la fin de la crèche et le repas
Un dur moment. Arrivés à la maison, vous savez qu’il reste encore une bonne heure et demi ou parfois deux heures avant de lui donner à manger. Que faire ? Vous êtes seule avec votre tout petit, il s’excite, il pleure, il boude… Vous avez deux possibilités, soit vous lui donnez le bain, soit à contrario vous tâcher de l’occuper. Avec Arthur, on a quelques habitudes. Un jour sur deux, je donne le bain pendant un long moment. Le jour d’après, nous montons dans sa chambre où il retrouve ses jouets, ses livres. Il aime bien ce moment, il se réapproprie son espace, sa chambre, c’est important surtout après une journée passée à la crèche et la vie en collectivité. Une demi-heure avant de passer à table, nous redescendons dans la cuisine, j’allume les lumières, le four, je dresse la table, je fais en sorte que le moment du repas soit un rituel.

Le moment du bain
Votre bébé ou tout petit est fatigué, vous aussi, vous n’avez pas vraiment envie de le laver. Deux solutions s’imposent, soit vous décaler au lendemain, personne ne vous en tiendra rigueur, soit vous le donnez juste avant le repas. Voyons le bon côté, pendant qu’il prend son bain au milieu de tous ses bateaux, canards et autres jouets d’eau, vous pouvez étendre une machine ou vous pouvez aussi rester dans la salle de bain pour vous occuper un peu de vous. Une épilation rapide, un masque du visage, un brush, ou même, pourquoi ne pas prendre un bain avec votre tout petit ? Cette liste n’est pas exhaustive, mais attention quoi que vous fassiez gardez toujours un oeil sur votre enfant.

Le moment du repas
Après une journée fatiguante, après être allée chercher votre enfant, après le bain, vous n’aspirez qu’à une seule chose, mettre les pieds sous la table et que l’on vous serve comme lorsque vous étiez petite ou ado chez vos parents. Personne n’est là pour le faire, qui plus est souvent l’Amoureux rentre tard. Vous êtes donc seule avec votre enfant qui a décidé de ne pas manger ce que vous avez mis tant d’amour et de temps à préparer. Votre patience commence à s’étioler comme neige fondue au soleil. Que faire, il ne veut que du sucré, que du yaourt…Il se tortille sur sa chaise, ça serait tellement plus simple si vous étiez deux à ce moment là, ça serait aussi beaucoup plus simple si ça se passait dans la joie et la bonne humeur. Mais non rien de tout cela.
Pour ma part, c’est terminé les moments houleux autour du repas, je n’aime pas ça. Je fais de la semoule à la cannelle et la vanille, j’en ai toujours un ou deux pots de confiture d’avance, ce qui est très pratique. Quand Arthur est grognon seule la semoule le cale et lui donne envie de manger. 🙂 Je sais aussi qu’à la crèche, il mange sans rechigner, donc le soir et bien c’est semoule si il ne veut rien d’autre. En revanche, si Arthur mange seul les soirs, j’insiste pour que les samedi et dimanche soirs, il mange avec nous à table. C’est plus convivial 🙂

Le moment du coucher
Là encore, ça peut être compliqué. Vous êtes à deux doigts d’avoir enfin votre soirée. L’Amoureux rentre bientôt.  Votre enfant ne veut pas aller se coucher, lisez lui une histoire. Discutez avec lui un petit peu… Pour ma part j’insiste sur le fait qu’Arthur dorme à 20h, je ne déroge quasiment jamais à la règle. Les petits ont besoin de repos et les parents aussi. En revanche, je suis aussi pour instaurer un rituel autour du moment du coucher. Les quatre doudous, le tout petit oreiller, le biberon d’eau bien rempli qu’il va boire juste avant de dormir et les guilis, beaucoup de guilis. On rigole beaucoup, et mon petit énergumène sans donne à coeur joie. Il décharge les batteries, le stress et toutes les tensions de la journée. Après notre fou rire, je lui souhaite une bonne nuit en lui expliquant que demain est une autre journée et qu’il faut se reposer pour être en forme. Je le laisse babiller dans son lit et en général, 10 minutes après il dort déjà. A 20h30, la soirée peut enfin commencer.

*

Chacun à ses propres solutions, ses propres alternatives, l’essentiel est que votre tout petit et vous-même s’y retrouvent. N’hésitez pas à instaurer vos propres rituels, les enfants aiment les repères, c’est important pour eux et pour leur rythme. A vous de jouer !

0no comment

writer

The author didnt add any Information to his profile yet

Leave a Reply

Instagram

Instagram has returned invalid data.