Etre et apprendre à devenir mère,

Dire non !

illustration de Soledad.

Hier, je prenais le thé avec mes copines-voisines, lorsqu’un évènement est venu perturber mon rôle de maman me poussant dans mes retranchements. Ella, 5 mois, tenait dans ses mains un hochet en bois, avec lequel elle jouait. Arthur de ses 10 mois, curieux, chez lui, lui a arraché le hochet de ses petites mains. C’était la première fois que je le voyais faire ça, arracher un jouer à un autre bébé. Je sais qu’à la crèche, c’est souvent lui qui se fait piquer ses jouets du moment. Pourtant, il a vu Anne-Marie, Magali, Dominique intervenir et expliquer que ce n’était pas possible de prendre les jeux des autres.

*

Suite à cet incident et en tant que maman, je me suis sentie mal à l’aise. J’ai du expliquer à Arthur qu’il ne devait pas prendre le hochet d’Ella sans lui demander sa permission. Il a recommencé, j’ai réexpliqué plus fermement, il a continué. C’était son obsession. Forcément, il voulait ce qu’il n’avait pas. Il voulait absolument le jeu de Ella. J’ai du sévir en donnant une petite tape sur la main et en le grondant. Il faut bien mettre des interdits à un moment donné. J’ai réfléchi toute la nuit à cet acte. Ce n’était pas la première fois qu’il se faisait disputé, et ça ne sera certainement pas la dernière fois non plus, mais en y repensant, quelque chose me dérangeait. Oh pas grand chose, trois fois rien…mais assez pour me souvenir qu’Anne-Marie m’avait expliqué que les bébés qui piquent les jouets des autres ne le font pas sciemment. Ils voient l’objet et uniquement l’objet. Ils ne distinguent pas l’environnement. Bien entendu, c’est mon rôle d’adulte et de maman de lui expliquer que ça ne se fait pas, que l’on ne peut pas prendre le jeu de l’autre sans le lui avoir demandé. C’est aussi mon rôle de le gronder un peu, mais est ce que ça méritait une petite tape sur la main ? Je ne sais pas, je n’ai pas la réponse. Je sais juste, que pour ma part, l’éducation est un sujet vraiment important avec lequel je ne plaisante pas. J’ai des valeurs, des principes auxquels je ne veux pas dérogé.  Je ne supporte pas qu’un enfant soit mal élevé. C’est un fait. Désormais, en tant que jeune maman, je me pose d’autres questions…faut-il réprimander sans cesse ? Faut-il gronder ? Faut-il taper sur une petite main ? Ou bien encore, faut-il passer des heures à expliquer que l’on ne doit pas parce que… Oui bien sûr ça serait merveilleux de passer autant de temps, mais quand on a passé une journée au travail, que l’on est fatiguée, est-ce qu’on a le droit tout simplement, de ne pas expliquer et dire non !

*

J’ai bien conscience que je dis souvent ce petit mot de trois lettres : Non. Depuis que je suis devenue maman, et surtout depuis qu’Arthur se déplace, je passe ma vie à dire à le lui dire. « Non Arthur, tu ne peux pas faire ça ! » Je gronde, puis je culpabilise. Il est si petit et n’est pas encore en âge de faire de grosses bêtises ou de mal me parler.  Mais il est en âge où il faut poser les bases, expliquer et rabâcher que non ! On ne peut pas tirer les feuilles des plantes, non ! On ne peut pas prendre le jouet de quelqu’un qui l’a en main. Non ! On ne peut pas appuyer sur les boutons du four. Non ! On ne peux pas jouer avec le lave-vaisselle et non ! On ne peut pas taper sa petite pelle contre la vitre du four. Non et re-non ! Et lorsqu’au bout de plusieurs fois vous avez dit et redit que ce n’était pas possible, que vous avez retrouvé trois de vos plus belles plantes déracinées, n’est-il pas normal de le disputer ?

Concernant la question des plantes, il m’a fallu le gronder plusieurs fois, lui taper sur ses petites mains à chaque fois pour qu’il comprenne que l’on ne devait pas jouer avec les plantes. Il me semble que c’est un peu rentré. En tous les cas, il rode un peu moins vers les feuilles et la terre. Il comprend les interdits, c’est certain mais c’est plus fort que lui. Il teste, il veut savoir jusqu’où il peut aller. C’est plus fort que lui parce que la curiosité et la découverte dépasse la raison du tout petit. Alors faut-il dire non tout le temps et pour tout ?

*

02 comments

writer

The author didnt add any Information to his profile yet

2 Comments

un atelier

Je peux t’apporter mon témoignage (attention ceci n’est nullement un jugement!).
J’essaie d’appliquer la pédagogie positive ou montessori, tenter de lui expliquer : se mettre à sa hauteur et lui expliquer les choses. Alors facile à dire quand ça fait 15 fois qu’il recommence ou que ta patience s’effiloche, mais petit à petit ça porte ses fruits.
Par contre j’essaie de ne pas taper, apprendre sous « la contrainte » n’est pas vraiment positif, et plus tard tu ne seras pas vraiment crédible quand tu lui expliqueras que ce n’est pas bien de taper!! Bon courage en tout cas!!

Répondre

Juliette

ah là là là!! que je me reconnais bien là!!
oui, apprendre et poser les limites, dire non… tout un enjeu!
je sais que la position dans laquelle tu t’es trouvée face à ton fils qui a pris le jeu d’un autre enfant, moi, j’aurai pu mal la vivre également! par peur du jugement de l’autre (l’autre maman), mon petit vélo se serait mis en marche avec toutes ces phrases que je pourrais croire entendre « ah ton enfant est mal élevé, ah tu es une mauvaise mère, tu ne lui mets pas de limites, ton fils va devenir un délinquant!… » tant de jugements…
cependant, au sujet des plantes, une personne qui pratique la parentalité bienveillante m’a dit une phrase qui a cheminé: on frustre nos jeunes enfants à longueur de journée. pour éviter tout cela, apprendre en tant que parent à donner d’autre solution. par exemple, ton fils veut grimper sur la table du salon. NON ce n’est pas possible car dangereux, inapproprié, pas un jeu…. en revanche, lui montrer qu’on a compris son besoin/envie de grimper et alors lui proposer de grimper mais ailleurs sur un support approprié, attendre… idem pour la plante, accepter qu’il coupe une feuille une fois (car s’il ne peut pas le faire maintenant, à quel âge aura t il le droit, hein?!!) mais lui expliquer que ce n’est pas possible après car la plante ne poussera plus et patati et patata et lui proposer de découper des journaux à la place par exemple…
en tous les cas, être parent pour moi aujourd’hui, c’est remettre en question toute l’éducation et les réflexes conditionnés qui en ressortent, être inventive et patiente!!!!!
bon courage!!!
et merci pour ton blog et partage!!

Répondre

Leave a Reply

Instagram

Instagram has returned invalid data.