Arthur, Etre et apprendre à devenir mère, Le billet d'humeur de la semaine,

L’organisation et le casse tête du mode de garde

Avoir un bébé c’est chouette, d’accord, avoir un mode de garde c’est encore plus chouette, mais lorsque ce mode de garde fait grève, ça devient juste un peu plus compliqué. Avant d’avoir un bébé, jamais au grand jamais, on n’imagine louper un jour de travail, si ce n’est pour des raisons médicales, et encore. Bref, tout ça c’était avant. Maintenant, c’est différent, il y a un bébé à faire garder coûte que coûte. Les premiers temps avec le congé maternité, on s’en rend un peu moins compte, mais avec la reprise du travail c’est autre chose. Si nous avons eu la chance d’avoir une place en crèche, nous avons malgré tout la malchance de ne pas avoir de famille à côté, en cas de galère. Et oui, il y a les aléas de la vie, les impondérables. Parfois, Arthur tombe malade, parfois il y a grève à la crèche appris juste le matin même pour le lendemain. Et là tout devient problématique ! Comment faire ? Ne pas aller travailler ? Garder Arthur ? Le faire garder, mais par qui ? Et à quel coût ?

*

Processed with VSCOcam with a5 preset

Bien sûr, il y a Theresa notre chère concierge qui nous dépanne, mais le temps d’une journée ça reste aussi compliqué pour elle, comme pour nous. Prendre une journée, impensable. Mon travail ne me le permet pas et l’Amoureux ne peut pas non plus. Les jours « enfants malade », pour l’Amoureux et moi, nous n’y avons pas le droit. ça n’est pas dans notre convention collective. Alors, on cherche dans nos contacts, nos amis, nos voisins…des personnes qui pourraient garder Arthur le temps de cette journée de grève. D’appel en appel, on arrive toujours à trouver quelqu’un mais à chaque fois, c’est un casse tête bien compliqué. On dérange certainement un peu, beaucoup nos amis. :-/

*

Pour aujourd’hui, Arthur ira chez Lisa, une copine et soeur de Julien, l’ami designer. Pour nous dépanner, elle a accepté de le garder. Avec l’Amoureux, nous nous sommes levés tôt pour préparer ses affaires le temps de cette journée. Il faut penser à tout, le transat pour le poser, les biberons, les petits pots, la boite de lait, les couches, les lingettes, les habits de change, les jouets….puis avec toutes ces affaires prendre le métro, le bus en porte bébé.

Un début de journée compliqué dont on se serait bien passé. Enfin, ce soir, l’Amoureux tachera de partir un peu plus tôt pour soulager Lisa qui après tout, n’a rien demandé. Une organisation hors pair, des amis, des voisins toujours prêts à nous rendre service. Mais jusqu’à quand ? Et, en tant que jeune maman, je me pose les questions suivantes : Comment arriver à concilier travail et vie professionnelle quand on a un bébé de 6 mois à faire garder ? Et surtout lorsqu’il y a tous ces impondérables ? Comment trouver des solutions à un moindre coût ? Les budgets n’étant pas extensibles non plus. S’absenter plusieurs fois du travail, mais quelle crédibilité peut on donner ?
Toutes ces questions demeurent pour le moment sans réponse. Travailler, et s’occuper d’un bébé reste sans doute la chose la plus difficile quand on n’a pas de famille juste à côté, pour parfois prendre le relais.

*

Processed with VSCOcam with a5 preset

Et vous quelles sont vos solutions pour faire garder vos bout’choux lors des impondérables ?

***

0no comment

writer

The author didnt add any Information to his profile yet

Leave a Reply

Instagram

Instagram has returned invalid data.